baril de lessive Bonux

Cadeau Bonux : le char Patton !

Je dépose une dosette de lessive liquide au cœur du linge de la machine à lavée.

Ça me revient…

Je reviens de l’école. Dans l’entrée trône en évidence un baril de lessive Bonux. Mon cœur se déchaîne. « Vite le cadeau ! » Je me précipite à l’assaut les doigts en crochet. Je m’approche. « Minute papillon ! Je m’en charge. » s’écrit Maman avant que je n’éventre le paquet dans mon empressement. Délicatement, ses doigts de ménagère extirpent le sachet de pièces démontées enfouis dans la lessive. « Tiens ! » dit-elle heureuse. « Super, merci. » Je sautille : « un tank ! » Je tremble de joie. En l’espace de deux minutes, je monte l’engin militaire en plastique. Demain, je l’emmènerai à l’école, je le monterai aux copains. Il fera ma fierté, ce modèle est une pièce rare. Je ferai sûrement des envieux mais tant pis.

Au souper, le véhicule blindé garde mon assiette. Au coucher son canon pointe sur mon sommeil depuis la table de nuit. Au réveil, ses chenilles glissent sur mes draps. Mon frère devine mon intention de l’emmener à l’école et s’y oppose, je lui réponds : « t’es jaloux ! »

A la récréation, je montre le véhicule militaire Bonux aux copains ébahis. « Le char Patton ! » il relègue les vieilles Dinky Toys écaillées et toutes esquintées au second plan. A mon pupitre, gorgé d’orgueil, je m’évade sur le char derrière mon livre de lecture en paravent. Le maître s’approche, je planque le tank dans ma trousse. Trop tard. « Donne-moi ça ! » Touché en plein cœur, les yeux au bord des larmes, j’obéis. Le graal est confisqué. L’instituteur regagne l’estrade et range sa prise de guerre dans le tiroir de son bureau où s’entasse des années de confiscation. Plus jamais je ne reverrai mon tank. Mes copains compatissent, ils se regardent en poussant des « han, la, la ! »

Je rentre de l’école tout penaud, mon frère devine la perte. Il rit, mais il est fâché : « bien fait ! Ça t’apprendra ! » La nuit est agitée, je songe à mon cadeau Bonux. Ma rancœur est grande. Je jure de ne pas en rester là !

Le lendemain, la cloche de l’école sonne la récréation, le maître et les élèves sortent de la classe. Caché derrière un tilleul, je surveille les instits en ronde lancés en grande discussion. J’en profite pour me faire oublier de tous et pénétrer en catimini dans la salle de classe silencieuse. Je grimpe sur l’estrade, la respiration retenue, le cœur en mitraillette. J’ouvre avec délicatesse le tiroir en bois. Parmi les jouets des plus attractifs ( pistolet à amorces, Dinky Toys rutilantes, lance-pierre en fer), j’aperçois mon char. Surtout, ne pas se faire repérer ! Je déclipse les roues et replace le char à sa place. Le cœur bat, la salive me manque, je sors et m’accroupis seul devant la porte comme un enfant qui boude. Le soir, je cache ce trophée dans une boîte d’allumettes. Le lendemain, le maître ne s’en s’est pas aperçu de toute évidence, donc je décide de poursuivre gagné par la vaillance et la confiance. Ainsi, jour après jour, pièce par pièce, je reconstitue mon tank dans sa petite cachette près de mon lit. Si bien qu’un mois plus tard mon frère s’étonnera en me voyant jouer avec : « tiens, il te l’a redonné ? », pensant que ce n’était pas le genre de cet instit.

 

affiche-Bonux
Page publicitaire pour la lessive Bonux dans un magazine des années 60’s

 

liste-Bonux
Prospectus Bonux :  liste des cadeaux en fonction de la contenance du paquet de lessive.
Cadeau Bonux : char Patton - dessus
Cadeau Bonux : char Patton – dessus
Cadeau Bonux : char Patton - dessous
Cadeau Bonux : char Patton – dessous
Cadeau Bonux : char Patton
Cadeau Bonux : char Patton

 

 

Publicités

40 réflexions sur « Cadeau Bonux : le char Patton ! »

  1. C’est vrai! La lessive Bonux offrait des cadeaux. Parfois, ma mère acceptait, mais pas toujours…
    Il y avait aussi des cadeaux si on faisait le plein d’essence chez telle ou telle marque! C’est drôle comme cette affaire de cadeau (pas toujours de qualité) est attirante!
    Jolis souvenirs. Merci pour ce partage. Belle journée.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Colette. C’est vrai cette stratégie commerciale est terriblement efficace quand on y pense. Et les enfants savent se montrer si persuasifs à leur tour (avec une petite frimousse attendrissante en cadeau)…

      J'aime

  2. Je conserve surtout, au-delà des cadeaux, l’odeur de la lessive elle-même, qui  » sentait bon » quand ma mère repassait.
    Côté cadeaux, (mais vous en avez peut-être déjà parlé), il y avait le café Biec (ballon, petit train dévoreur de piles etc), les biscuits l’Alsacienne avec ses petits drapeaux en fer-blanc à collectionner (avec au dos le nom du pays, sa capitale, etc, qui m’ont donné le goût de la géographie!)

    Aimé par 1 personne

  3. de Bonux, mon frère et moi ne connaissions que la pub à la télé, qui nous faisait beaucoup rire, avec le petit gendarme qui s’écriait « Brrrrrrigadier! une voiture abandonnée! » et l’inévitable finale : « Là! le blanc Bonux » 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour, comme c’est moi qui faisiat les courses le plus souvent, même si ma mère avait écrit une autre marque , je prenais toujours de la  » Bonnux  » ( si elle râlait, je lui disais qu’il ne restait que celle là !

    Aimé par 1 personne

  5. Ah, géniale la stratégie du char démonté pièce par pièce pour le récupérer! Trop drôle.
    Le cadeau Bonux, ça a été celle de ma grand-mère pour m’inciter à rester chez elle quelques jours de plus suite à la naissance inopinée de mon petit frère… à la maison un soir d’hiver et de temps verglassant, interdisant à mon père de prendre le risque de conduire ma mère à la clinique dans leur 2 CV… Une autre époque, quoi!

    Aimé par 1 personne

  6. Je m’en souviens encore comme si c’était hier. C’était dans les années 80 et ma Maman achetait de la lessive en poudre (Je ne sais plus exactement la marque) et je me souviens qu’il y avait à l’intérieur des petits cadeaux pour enfants… un peu comme les kinders…
    C’était sympa mais je trouvais que le jouet en plastique gardait toujours l’odeur de la lessive…
    Merci pour ce joli partage 👍👍

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci, à l’époque une bonne partie des jouets (soldats…) faisait référence à la 2ième guerre mondiale (et les films) Enfant j’étais persuadé que je terminerai au sein d’une armée pour une inévitable 3ieme guerre mondiale (comme pépé,papi et papa)

      Aimé par 1 personne

      1. Tout-à-fait. Mais heureusement on y a échappé. 🙂 Mes frères et moi sommes les premiers de la famille depuis des générations à ne pas être partis à la guerre. (Service militaire quand même). Malheureusement, vu de loin (j’habite au Mexique) les gens ont oubliés et semblent tout prêts à se retaper sur la figure… Dommage…
        Bonne soirée Christophe.
        Brieuc.

        Aimé par 1 personne

  7. Quel suspens hitchcockien ! Quelle aventure ! J’ai tremblé et transpiré en lisant chaque phrase de cette reconquête du char perdu !
    Chez feu ma grand-mère (ma mère était sans doute plus portée sur le Persil anti-redéposition) J’ai moi-aussi connu brièvement le plaisir de plonger les mains dans la poudreuse à la recherche du graal enfoui. Cette formule était une véritable incitation à se salir, histoire de vider le bidon plus vite. ;-:
    Mais dans mon souvenir, c’était toujours trop long.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, le baril ou le simple paquet de lessive durait trop longtemps. Bien sûr, on avait pas que du Bonux à la maison !
      Moi qui pensait situer mes souvenirs chez F.Truffaut dans « L’argent de poche » y mettre une dose d’Hitchock c’est le cadeau Bonux…
      Merci.

      J'aime

  8. Séquence nostalgie pour moi également…
    Fille unique, j’ai toujours bénéficié des cadeaux Bonux chez ma grand-mère.
    Par contre j’ai souvent été déçue que ma mère refuse d’acheter cette lessive qu’elle ne trouvait pas bonne.
    Il y a quelques années j’ai, à mon tour, acheté du Bonux mais les cadeaux ne sont plus d’actualité. Il faut dire que c’était peu de chose par rapport aux jouets actuels 😉

    Aimé par 2 personnes

  9. Oups ! alors là, jamais je n’aurais osé reprendre ce que le maître m’aurait confisqué ! D’ailleurs, il n’aurait pas eu à le faire puisque j’étais une petite fille très sage ! Ou presque !
    Tiens, ça me revient… la bagarre avec Marie et notre punition toutes les deux, le fou rire qu’elle m’a fait prendre et le pipi à la culotte ! Oh bazar de casserole, j’avais oublié ! 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s