L'ange blanc - catcheur - vintage - France

L’Ange Blanc, super héros !

Une cape, un masque, un super héros.

Ça me revient…

Samedi soir, il est tard et j’ai le droit de regarder la télé, je suis même fortement convié à partager ce moment télévisuel de « qualité ». Mon père est calé dans son fauteuil devant son téléviseur noir et blanc. « Silence, ça commence ! » Ses doigts se crispent sur le skaï, la tension monte. Je m’accroupis devant le poste, les coudes sur les genoux, les yeux écarquillés. L’écran projette dans l’obscurité l’entrée en scène de l’Ange blanc. L’athlète fend le public compact. Mon pouls s’accélère. Le catcheur masqué avance les bras croisés, impérieux.  Une cape de satin flottante enveloppe sa forte stature de gladiateur des temps modernes. Il monte sur le ring, la clameur des spectateurs couvre la voix nasillarde du commentateur. Au sein du Palais des Sports, l’idole du grand public et de la famille affronte le méchant du moment à savoir le Bourreau de Béthune. Papa s’avance sur le coussin, toute son attention est sollicitée : « ça va cogner dur ! » Le gong. Le Bourreau se rue, manchette sur manchette, son adversaire recule. Il malmène l’Ange blanc qui un genou à terre accuse le coup. « Relève-toi ! » crie-t-on à la maison. L’arbitre le compte : « 1,2,3.. », le bourreau en profite pour lui flanquer un coup de pied non réglementaire dans le ventre. « Le salaud ! », les sifflets de la foule fusent. « C’est foutu ! » Le tricheur est hué, il gonfle ses pectoraux et provoque la salle. « Papa regarde ! » L’Ange se réveille, déploie son catch aérien, s’élance sur le ring et se jette les deux pieds en avant pour le catapulter dans les cordes. Notre héros  massif s’élève dans les airs avec une aisance de danseuse, virevolte, tourbillonne. Le Bourreau passe un sale quart d’heure. « Oh, la vache la correction ! » s’écrie le commentateur.  Le combat se conclue avec un double Nelson, décompte de l’arbitre…. « 8,9 et 10 ! » L’Ange Blanc a terrassé la brute, il est déclaré vainqueur. Comme un seigneur, il quitte le ring dans sa cape de chevalier blanc. Les spectateurs heureux du dénouement applaudissent à tout rompre.

Lundi matin à l’école durant la récréation, un atelier catch s’improvise, les manchettes pour de faux assénées avec bruitages chuintés postillonnés. « On dirait que c’est moi l’Ange blanc ! »

 

 

catch : l'Ange Blanc contre le Bourreau de Bethune
L’ange blanc contre le Bourreau de Béthune.

 

 

catch : le Bourreau de Béthune.
Le Bourreau de Béthune.

 

portrait du catcheur l'Ange Blanc
Les biceps de l’Ange Blanc

 

 

 

 

44 réflexions sur « L’Ange Blanc, super héros ! »

  1. Oui, le catch était un sport très apprécié, il avait même à une certaine époque supplanté la boxe dans l’interêt du grand public. Dès le premier round on avait pris parti pour le bon, contre le mauvais qui faisait tout , mais vraiment tout pour se faire détester, par sa traitrise, sa mauvaise foi et sa gouaille!

    Aimé par 3 personnes

  2. J’ aimais bien aussi regarder le catch on TV . Je me suis toujours demandé comment ces types faisaient pour pas à chaque combat, y rester. Il doit y avoir quand même une part « théâtrale ». Des coups retenus, sans bruitages postillonnés 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Mille tonnerres, de ma vie je n’ai vu un match de catch ou alors par hasard en zappant et ça ne pas plu du tout. Hé oui, les matchs sont truqués : le blanc contre le noir et on connaît la fin même si on fait semblant que pas du tout ! Les adultes ne sont dupes de rien mais c’est effectivement comme des enfants qui croient aux contes de fées.

    Aimé par 1 personne

  4. J’adore le catch, adolescente j’avais la chance d’avoir Canal+
    Avec mon frère nous ne rations jamais les superstars du catch avec le très « peroxydé » Hulk Hogan…
    Le catch c’est du spectacle, du flamboiement, des comportements humains poussés à la caricature, mon bon sang qu’est ce que ça peut me faire rire et débrancher!!

    Aimé par 1 personne

  5. J’ai eu l’impression de lire ma propre histoire ! Dans la famille c’est ma mère qui était fan de catch, fallait voir son excitation et moi j’avais peur et j’avais mal pour eux.
    L’ange blanc et le bourreau je m’en souviens très bien.

    Aimé par 1 personne

  6. j’ai entendu ce nom mais je ne suis absolument pas « fan » de ces combats même si ils ne sont pas réels. Très peu pour moi la violence, ni boxe, ni rugby, ne riez pas même pas sourire mais c’est ma personnalité.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s